Nues

JACQUES RICHARD

Peintre et écrivain bruxellois. Peintures récentes et portraits. Littérature :  "L'homme, peut-être", "Petit traître", "La Plage d'Oran".  Atelier à Bruxelles. Voir aussi : http://www.galeries.jrichard.be.

Nues

IMG_0256
IMG_0244
édith
IMG_0278
IMG_1619
p-EK-2
pieds esq
bracelet-2
p-Ch ébauche-2

Cliquez sur le diaporama pour agrandir les images

Nues est un travail de plusieurs années : une séries de femmes peintes en pied, grandeur nature. 





Extrai du catalogue de l'exposition de 2018 au C.A.C "Maison des Arts de Schaerbeek".



- Et pourquoi ne peins-tu pas des hommes ? 

- Parce qu’un homme je sais à peu près ce que c’est. De l’intérieur. Une femme, je ne saurai jamais. 

 

 

Depuis plusieurs années, Jacques Richard alterne l’exploration des jeux de la lumière et de la couleur avec l’interrogation assidue du corps humain. Les deux parties de ce travail sont complémentaires et fonctionnent comme un « recto-verso ». La figuration dépouillée touche à l’abstraction. L’abstraction nous remémore le « déjà vu » de notre expérience visuelle quotidienne. Les deux interrogent le temps du regard. Elles invitent le spectateur : « Prenez le temps de regarder. Ça nous regarde. »

Les œuvres exposées au Centre culturel de Schaerbeek nous plongent dans la couleur. Vive ou assourdie, elle nous propose de retrouver la lumière. Pas celle qui éblouit mais celle qui naît petit à petit, celle que nous avons tous à l’intérieur de nous. Invitation à la lenteur, les formats intimistes offrent au visiteur un contact familier avec ces tableaux méditatifs. Pendant un moment, on est ailleurs pour son plus grand plaisir.

La Maison des Arts nous propose une série de grands nus féminins à taille réelle. Sur un fond clair, une femme peinte debout de face. C’est tout. « Je veux un travail sans artifices. Le moins possible. Où je sois aussi nu que celle qui se montre à moi. C’est une forme d’honnêteté. » Ces toiles sont accompagnées de dessins préparatoires et d’un « journal » rédigé tout au long du travail.

 « Dans l’un et l’autre cas, quelque chose m’échappe toujours. Ça donne envie de recommencer, d’aller plus loin. »